• Accueil
  • >
  • ACTUALITES
  • >
  • Zimbabwe : les exportations du secteur minier devraient s’élever à 4,4 milliards $ en 2021

Zimbabwe : les exportations du secteur minier devraient s’élever à 4,4 milliards $ en 2021

  • PAR Boeboe
  • 29 octobre 2021
  • Comments Off

(Agence Ecofin) – Le gouvernement zimbabwéen veut quadrupler les revenus miniers annuels d’ici 2023, pour les porter à 12 milliards $. Si le potentiel minéral du pays n’est pas en cause, d’autres contraintes pèsent néanmoins sur cet objectif.

En 2021, le secteur minier zimbabwéen devrait générer 4,4 milliards $ en devises étrangères au pays. C’est ce qui ressort du dernier rapport sur l’industrie minière locale présenté mardi 26 octobre, en présence notamment du gouverneur de la Banque centrale et des membres du gouvernement.

Si cette performance est encore très loin des 12 milliards $ annuels attendus dès 2023 par Harare, elle représente une hausse de 20 % par rapport aux 3,65 milliards $ générés par le secteur en 2020. Notons que l’amélioration s’explique surtout par la hausse des cours des matières premières et l’allègement des restrictions liées à la pandémie de Covid-19 qui ont sans doute favorisé l’augmentation de la production et des exportations.

Avenir positif malgré des difficultés persistantes

Quant aux résultats des mesures mises en place par le régime d’Emmerson Mnangagwa pour quadrupler les revenus miniers, ils ne sont pas encore visibles et le secteur minier local fait toujours face à de nombreuses contraintes. En plus des pénuries d’électricité, les compagnies minières actives dans le pays, perdraient désormais 20 % de leurs recettes d’exportation à cause de l’écart croissant entre le taux de change officiel du dollar et celui du marché noir.

Pour rappel, les compagnies minières sont contraintes de verser 40 % de leurs recettes en devises étrangères à la Banque centrale afin de recevoir le montant équivalent en monnaie locale. Or, alors que le taux de change officiel est de 93 dollars zimbabwéens pour un dollar américain, les populations vont jusqu’à remettre 180 dollars locaux avant d’obtenir 1 dollar de l’Oncle Sam sur le marché parallèle. Cela conduit les fournisseurs locaux à augmenter le prix des biens et services proposés aux compagnies.

En réponse à ces plaintes de l’industrie, le gouverneur de la Banque centrale a proposé des pistes de solution, proposant par exemple de laisser aux compagnies 80 % de leurs recettes en devises, si elles augmentent la production. Il n’a néanmoins pas donné de chiffres plus précis.

« La banque centrale examine toutes les préoccupations soulevées par le secteur minier afin que nous puissions parvenir à un accord sur ce qui doit être fait pour faire progresser ce secteur, mais je peux assurer le secteur de notre engagement à fournir davantage d’incitations en fonction de la façon dont le secteur augmente sa production », a indiqué John Mangudya, gouverneur de la Banque centrale du Zimbabwe (RBZ).

Malgré tout, le sentiment de l’industrie reste plus positif vis-à-vis du secteur minier local, avec un indice de confiance qui est de 17 sur 100 pour 2022, contre 9,8 cette année. Entre autres motifs d’espoir, la hausse attendue de la production minière et les perspectives optimistes concernant les prix des matières premières sur les marchés internationaux.

« Les perspectives dépendront toutefois de l’engagement des parties prenantes à résoudre les problèmes de politique fiscale, de disparités du taux de change et d’infrastructures énergétiques, entre autres », tempère néanmoins le Dr Carren Pindiriri, l’un des auteurs du rapport.

Emiliano Tossou

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
PRÉCÉDENT «
SUIVANT »

NOS PARTENAIRES